jeudi 31 janvier 2013

Jeudi poésie rien qu'un petit bonheur Norge

Pour les croqueurs de mots N° 95 Lénaïg à la barre





Rien qu'un petit bonheur
Rien qu'un petit bonheur, Suzette,
Un petit bonheur qui se tait.
Le bleu du ciel est de la fête,
Rien qu'un petit bonheur secret.

Il monte! C’est une alouette,
Et puis voilà qu'il disparaît.
Le bleu du ciel est de la fête
Il chante, il monte, il disparaît.

Mais si tu l'écoutes, Suzette,
Si, dans tes paumes, tu le prends,
Comme un oiseau tombé des crêtes,
Petit bonheur deviendra grand. 

Geo Norge (1898-1990)



mercredi 30 janvier 2013

Récré du mercredi

Le prénom du mercredi pour la récré de Jill




Belle nymphe solitaire
Dans le silence de ton ile
Tu tisses et chantes
Attendant l'amour
Ulysse rejeté par les flots
Tu le caches* à la fureur
De Poséidon
Et si le fuyard succombe
Il rêve d'Ithaque et de Pénélope
Nymphe abandonnée
Il te laisse 2 enfants
Pour retourner affronter
Les prétendants
Belle Calypso
Comment supporter
L'injustice des Olympiens
Qui sépare les amants
Belle nymphe solitaire
Dans le silence de ton ile
Tu pleures et ne chantes plus guère


Odyssée, chant 5:
Vous m'enviez, ô dieux la présence d'un homme alors que ce mortel c'est moi qui l'ai sauvé ! Abandonné de tous, il flottait sur sa quille !


* Calypso : celle qui cache
photo Calypso

lundi 28 janvier 2013

Ami-mot

  Les jeux de Caramba


DEFI : Février 2013
THEME :  " Home sweet home "
Donnez vie à un objet de votre maison.





"Objets inanimés avez-vous donc une âme ?"

Où sont-elles encore passées
C’est fou il suffit d’être pressée
Pour qu’elles n’en fassent qu’à leur tête
Pour que je m’inquiète
Des chipies
Des harpies
Le retard elles s’en moquent
Ce sont elles qui le provoquent
En premier lieu  chercher
Où ont-elles été déposées
Ensuite fouiller
De la cave au grenier
Enfin tâtonner
Les poches du tablier
Peut-être dans un cendrier
Enfin qui peut y avoir touché
Allez-vous les trouver
Ces fichues clés
Et je sais qu'à vous aussi
Elles ont un jour lancer ce défi




samedi 26 janvier 2013

photo de la semaine 9

 pour Amartia


Une semaine froide et glacée, de la neige et maintenant du gel aussi hier je suis allée à pied chez une amie me réchauffer ... sur la table  il y avait un bouquet de fleur, je l'ai emporté pour vous !





vendredi 25 janvier 2013

Coucou du haïku

sur une photo de Jill



Mille soleils
Au parfum enivrant
Le mimosa

Il neige de l’or
Odorants flocons soyeux
Mimosa en fleur



jeudi 24 janvier 2013

jeudi en poésie Jeanne d'Arc Musset

Pour les croqueurs de mots N° 94 Hauteclaire à la barre 



Héros



Jeanne d'Arc.

RÉCITATIF

Je cherche en vain le repos qui me fuit. 
Mon cœur et plein des douleurs de la France. 
Jusqu'en ces lieux déserts, dans l'ombre et le silence 
De la patrie en deuil le malheur me poursuit.

CHANT

Sombre forêt, retraite solitaire, 
Muets témoins de mes secrets ennuis, 
A mes regards, de mon pauvre pays 
Cachez du moins la honte et la misère. 
Triste rameaux, si nous sommes vaincus, 
Cachez le toit de mon vieux père ; 
Peut-être, hélas ! je ne le verrai plus !

RÉCITATIF

Tout repose dans la vallée. 
Le rossignol chante sous la feuillée 
La mélancolie et l'amour. 
Déjà l'aurore éveille la nature ; 
Déjà brille sous la verdure 
La douce clarté d'un beau jour. 
Quel est ce bruit dans la campagne ? 
Le clairon sonne au pied de nos remparts ! 
De l'étranger je vois les étendards 
Flotter au loin sur la montagne.

CHANT

Nous avez-vous abandonnés, 
Anges gardiens de la patrie ? 
Plaignez-nous si Dieu nous oublie ; 
S'il se souvient de nous, venez ! 
J'ai cru sentir trembler la terre. 
J'ai cru que le ciel répondait, 
Et dans un rayon de lumière, 
Du fond des bois une voix m'appelait. 
Ce n'est pas une voix humaine : 
Il m'a semblé qu'elle venait des cieux. 
Mère du Christ, est-ce la tienne ? 
As-tu pitié des pleurs qui coulent de mes yeux ? 
Oui, l'Esprit-Saint m'éclaire ! 
Je sens d'un Dieu vengeur 
La force et la colère 
Descendre dans mon cœur. 
– En guerre !





Mon héros n’est pas costaud
En vélo il s’est cassé le dos
Mon héros n’est pas très beau
Il désespère son Figaro
Mon héros n’a pas de cerveau
Il réfléchit comme un dindonneau
Vous ne le trouverez pas chez Victor Hugo
Oui mais voilà c’est mon héros

Josette




mercredi 23 janvier 2013

Récré du mercredi

Cébus attendu dans la cour de récré de Jill
C'est un olibrius
Que notre Cébus
Un farceur un taquin
Qui se cache au jardin
Il est gourmand
Il est méfiant
Il est piquant
Le hérisson
Cébus

lundi 21 janvier 2013

Ami-mot

 Ami-mot pour Carambaole

Le temps


Mais qu’est-ce qu’il fait le temps 
Ça ne va pas du tout
Hier il se trainait lamentablement
N’avançant guère
Dès que je quittais le cadran des yeux
C’est sûr l’ombre se traînait…

Le Rendez-vous est enfin là
Et mon amour aussi
Maintenant
Et   voilà 
Ce temps
Qui court
Qui vole
Qui file
Qui me presse
Et m’oppresse

Déjà l’heure
De se séparer
Est arrivée

samedi 19 janvier 2013

photo de la semaine N° 8

Pour la photo de la semaine d'Amartia
allez-y vous trouverez la liste de tous les participants

Les lumières de la ville


 ... il fait nuit la voiture roule




De retour à la maison une fuite sur l'arrivée d'eau  attend le plombier...






jeudi 17 janvier 2013

coucou du haïku

Coucou du Haïku Marie-Alice et Mamylilou
sur une photo d'Eliane





Un écureuil hésite  
Les pommes de pin sous l'arbre
Sont toutes givrées

Ciel plumetis
arbre en robe blanche
 le vent la déchire


Jeudi en poésie Le Lethé Baudelaire



Pour la communauté : « Les Croqueurs de Mots »
Hauteclaire à la barre n° 94


Femme fatale


Le Léthé

Viens sur mon cœur, âme cruelle et sourde,
Tigre adoré, monstre aux airs indolents ;
Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants
Dans l'épaisseur de ta crinière lourde ;

Dans tes jupons remplis de ton parfum
Ensevelir ma tête endolorie,
Et respirer, comme une fleur flétrie,
Le doux relent de mon amour défunt.

Je veux dormir ! dormir plutôt que vivre !
Dans un sommeil aussi doux que la mort,
J'étalerai mes baisers sans remord
Sur ton beau corps poli comme le cuivre.

Pour engloutir mes sanglots apaisés
Rien ne me vaut l'abîme de ta couche ;
L'oubli puissant habite sur ta bouche,
Et le Léthé coule dans tes baisers.

A mon destin, désormais mon délice,
J'obéirai comme un prédestiné ;
Martyr docile, innocent condamné,
Dont la ferveur attise le supplice,

Je sucerai, pour noyer ma rancœur,
Le népenthès et la bonne ciguë
Aux bouts charmants de cette gorge aiguë
Qui n'a jamais emprisonné de cœur.

Charles Baudelaire

Tableau Eduardo Deza



mercredi 16 janvier 2013

Récré du mercredi

Radegonde dans la cour de récré de Jill
Rien ne peut l'arreter
Attendue mais détestée
Depuis l'éternité
Elle fait courrir
Grogner et souvent
On l'oublie malheur
Ne pas s'endormir
Déjà midi rien de préparé
Et la minute est passée

C'est Radegonde la seconde !

lundi 14 janvier 2013

A quoi penses-tu




Vermeer - La laitière


A quoi penses-tu Marie

A quoi penses-tu Marie
Écrémant le lait dans la souillarde
La chaufferette attend les braises
Le pain est dans le panier

A quoi penses-tu Marie
Ce vague sourire est pour qui
Et le lait décanté à qui le destines-tu

A quoi penses-tu Marie
A cette femme que tu as  défendue
A la violence de cet homme

A quoi penses-tu Marie
Malgré lui l’enfant est né
Et ce lait tu vas lui donner

Marie tu penses à la douceur
De tenir l’enfant contre ton cœur

Josette

 Tableau/thème de janvier pour l'équipe de Miletune 




samedi 12 janvier 2013

Photo de la semaine 7



Cette semaine je suis retournée voir les canards... avec toute la pluie qui est tombée c'est marée haute pour l'étang !
Pour preuve ce tronc d'arbre flottant en ce moment qui est  sur la berge habituellement





Le seul rayon de soleil c'est l'hamamélis en fleur dans le jardin...

vendredi 11 janvier 2013

jeudi 10 janvier 2013

Poésie du jeudi Les rois mages Rostand

Défi 93 des croqueurs de mots Jeanne Fadosi à la barre



Les Rois Mages

Ils perdirent l'étoile, un soir ; pourquoi perd-on 
L'étoile ? Pour l'avoir parfois trop regardée, 
Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée, 
Tracèrent sur le sol des cercles au bâton. 
Ils firent des calculs, grattèrent leur menton, 
Mais l'étoile avait fuit, comme fuit une idée. 
Et ces hommes dont l'âme eût soif d'être guidée 
Pleurèrent, en dressant des tentes de coton. 
Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres, 
Se dit "Pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres, 
Il faut donner quand même à boire aux animaux." 
Et, tandis qu'il tenait son seau d'eau par son anse, 
Dans l'humble rond de ciel où buvaient les chameaux
Il vit l'étoile d'or, qui dansait en silence.

Edmond Rostand

image wikipedia

mercredi 9 janvier 2013

récré du mercredi



Gonzague
Gonzague quel beau nom
Pour un roi Lion
Pas un caméléon
Peut-être un faucon
Surement pas un charançon
La Fontaine  l'associe au moucheron
On va garder le lion
Donc notre Gonzague
Dans la savane divague
Il a des rêves vagues
Imaginant une belle lionne
Il fanfaronne
Un plan de drague
Pour lui passer la bague
Mais notre Gonzague
Reste un lion est fainéant
Comme les rois d'antan
Il rêve et il attend


photo


lundi 7 janvier 2013

Ami-mot Théodore de Banville

Pour "Amis-mots" de Carambaole 




Bien souvent je revois…

Bien souvent je revois sous mes paupières closes,
La nuit, mon vieux Moulins bâti de briques roses,
Les cours tout embaumés par la fleur du tilleul,
Ce vieux pont de granit bâti par mon aïeul,
Nos fontaines, les champs, les bois, les chères tombes,
Le ciel de mon enfance où volent des colombes,
Les larges tapis d’herbe où l’on m’a promené
Tout petit, la maison riante où je suis né
Et les chemins touffus, creusés comme des gorges,
Qui mènent si gaiement vers ma belle Font-Georges,
À qui mes souvenirs les plus doux sont liés.

Et son sorbier, son haut salon de peupliers,
Sa source au flot si froid par la mousse embellie
Où je m’en allais boire avec ma soeur Zélie,
Je les revois ; je vois les bons vieux vignerons
Et les abeilles d’or qui volaient sur nos fronts,
Le verger plein d’oiseaux, de chansons, de murmures,
Les pêchers de la vigne avec leurs pêches mûres,
Et j’entends près de nous monter sur le coteau
Les joyeux aboiements de mon chien Calisto !

Théodore de Banville


samedi 5 janvier 2013

photo de la semaine 6


Pour Amartia



Ma photo de la semaine date de l'année dernière mais lundi étant cette semaine je ne triche qu'un tout petit peu


c'était donc le dernier jour de 2012 à Quimper juste avant la tempête 


 Déjà le Steir débitait bien ...


Ce n'était pas un jour à bayer aux mouettes sur un banc de la plage la plus proche 


Dès le moindre rayon de soleil pas une place de libre...
 je prends une option pour cet été !

jeudi 3 janvier 2013

jeudi poésie Ronsard




Pour « Les Croqueurs de Mots »
Jeanne Fadosi à la barre n° 93





Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.
Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.
Je serai sous la terre et fantôme sans os :
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,
Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.


Pierre de Ronsard — Sonnets pour Hélène

Albrecht Dürer
Musée Condé - Chantilly