vendredi 23 juin 2017

Tercets du vendredi - Pont


* Edimbourg
Jeux d'enfants
- construction  d'un Mécano
d'une ville à l'autre

* Tancarville
Qu'est-ce qu'un pont
-  filin  d'acier  et  béton
sueur des hommes

*Saint Nazaire
Pont sur la Loire
plus de bac pour traverser
- Eau douce et salée

* Carrbridge ( Ecosse)
Le pont des chevaux
 au printemps crue menaçante
- fonte des neiges

* Pont Mirabeau
Pour se rencontrer
il suffit de passer le pont 
- Rive droite rive gauche

jeudi 22 juin 2017

Jeudi poésie - Robert Desnos Le crapaud

Le crapaud


Sur les bords de la Marne
Un crapaud il y a
Qui pleure à chaudes larmes
Sous un acacia.

— Dis-moi pourquoi tu pleures
Mon joli crapaud ?
— C’est que j’ai le malheur
De n’être pas beau.

Sur les bords de la Seine
Un crapaud il y a
Qui chante à perdre haleine
Dans son charabia.

— Dis-moi pourquoi tu chantes
Mon vilain crapaud ?
— Je chante à voix plaisante,
Car je suis très beau,
Des bords de la Marne aux bords de la Seine
Avec les sirènes.

Robert Desnos
LC de la Cachette  - clic sur photo

mercredi 21 juin 2017

Récré du mercredi - Oleg

Pour la récré de Jill
C'est la fête 
Oleg est parti
Avec Mado

Ne les dérangeons pas
Les vacances approchent
LC de la Cachette  texte- clic sur photos

vendredi 16 juin 2017

Tercets du vendredi - Fruits - légumes




Des cerises
on n'en voit pas la queue
- le merle moqueur

Sur le marché
De grosses légumes
vendent leurs salades


Au mois de juin
elles sont de toutes couleurs
mes salades



Souvenir passé
- avec un ciel  clément
récolte assurée ! 

jeudi 15 juin 2017

Jeudi poésie - Chateaubriand

Hommage à notre ami Henri.



Vers écrits sur un souvenir
donné par la marquise de Grollier à M. le baron de Humbolt
Vous qui vivrez toujours, comment pourrez-vous croire
Qu’on vous offre des fleurs si promptes à mourir ?
« Présentez, direz-vous, ces filles du Zéphyr
A la beauté, mais non pas à la gloire. »
Des dons de l’amitié connaissez mieux le prix.
Dédaignez moins ces fleurs nouvelles :
En les peignant sur vos écrits,
J’ai trouvé le secret de les rendre immortelles
Paris, 1818.

François-René de Chateaubriand, Poésies diverses

mercredi 14 juin 2017

Récré du mercredi - Ursula

Pour la récré de Jill
C'est dans les bois 
Que j'ai rencontré
Ursula...

Une bête pas si sauvage
Regardant avec étonnement
Sur le bord d'un sentier
Une promeneuse égarée
Les yeux écarquillés
Avec surprise

LC de la Cachette  texte- clic sur photo et liens

lundi 12 juin 2017

Croqueurs de mots - défi 188 Hommage à Henri

Pour ce défi 188 Durgalola et Jeanne Fadosi nous proposent de  rendre hommage à Henri
en partant  d’un de ses textes ou simplement d’en créer un personnel sur l’amitié en alexandrins
(chacun faisant ce qui lui est possible, pas d’obligation de rimes riches, juste comme on le sent)
Pour les jeudi poésie, c’est selon votre inspiration , en alexandrins ou pas.
Voici le texte que notre ami avait publié peu de temps avant son départ.
Je propose que pour cette quinzaine nous soyons tous à la barre !!!
Pour les Amis quelques Alexandrins !
 Pour tous ceux qui me lisent régulièrement,
 Je vous en remercie vraiment sincèrement.
 Or, aujourd’hui, aucun sujet particulier,
 Mais très simplement, un  besoin tout singulier,
 D’expliquer mon amour pour les alexandrins.
 Que j’essaie toujours de manier avec entrain,
 Pourquoi j’ai choisi ce type d’écriture ?
 J’aime cette forme de littérature.
 Ce n’est évidemment pas par facilité,
 Car elle comporte bien des difficultés.
 L’obligation de vers toujours de douze pieds,
 Puis laisser courir le stylo, sur le papier,
 Et trouver des rimes, si possible riches,
 Mais voilà qui ne supportent pas la triche.
 C’est de plus un bon exercice cérébral,
 Qui bien réussi, vous conforte le moral.
 Si la lecture rappelle un son musical,
 Alors on a gagné et c’est le principal.
 Ces quelques vers, j’espère vous feront plaisir,
 En les écrivant, c’était pour moi mon désir.
 Alors pour toutes et tous, bonne réception.
 Que la lecture ne soit pas la déception.

 Henri LANDA. (24 Mai 2017).

En hommage pour Henri roi des alexandrins
Juste quelques roses cueillies dans le jardin 
N'ayant pas son talent pour écrire brillamment 
A  chaque défi Henri sera là bien présent 
Reste dans mon esprit la musique de ses mots 
Et ce sont les anges qui en profitent là-haut

LC de la Cachette  texte- clic sur photos

samedi 10 juin 2017

Herbier de poésies - page 78

Pour l'Herbier de poésies page 78


image : Jamadrou

Au dernier souffle du printemps
L'aubépine s'envole
Et les graines se dispersent
Emportées par le vent
Promesses d'une fructueuse récolte
Sur le terreau fertile
de l'Herbier de Poésies...

vendredi 9 juin 2017

Tercets du vendredi - Clocher

Ses Clochers pointus
bon repère pour le touriste
à Quimper

*N.D. de Languivoa - Plonéour-Lanvern
En représailles
des clochers sont découronnés
après la révolte


* Chapelle de La Madeleine - Penmarch
Il chante
depuis combien de temps
ce coq si fier

* Eglise Saint Thurien 

Dimanche midi
- Elles sonnent à toute volée
dans le clocher

* Chapelle de Saint Vio - Treguennec

Offrande maritime -
Sur les clochers de granit
des algues poussent

LC de la Cachette  texte- clic sur photos

jeudi 8 juin 2017

Jeudi poésie - Amitié

Hommage à notre ami Henri.

Et pour tous mes amis virtuels disparus


L’Ami du voyage

Nous avons d’un seul cœur entrepris un voyage ;
C’était encore hier, à peine rencontrés.
Une voix nous souffla : « Tous deux, vous partirez
Ensemble partager la joie d’un seul sillage… ».
L’amitié nous porta vers d’inconnus rivages
Sur des flots incertains maintes fois chavirés.
Si nous voguions parfois, opposant nos beauprés,
Au port se retrouvaient nos mats au fil de l’âge.
Nos vies s’entrecroisaient aux sources de l’humain
S’attendant l’une l’autre à l’angle d’un chemin
Pour s’offrir tour à tour le miroir de soi-même.
Puis un funeste jour il ne resta qu’un seul…
Mais la voix de jadis lui dit : « Ton ami t’aime
Aujourd’hui comme hier. Ignore le linceul ! »
Jean-Charles Dorge, Variations sur le thème de l’amitié, 2013

mercredi 7 juin 2017

Récré du mercredi - Cosme

Pour la récré de Jill

C'est sur les bord de l'Arno
Près du Ponte Vecchio 
Que j'ai croisé Cosme
Sans hésiter 
Partez vite 
A Florence 
Là est la beauté




LC de la Cachette  texte- clic sur photos




mardi 6 juin 2017

Poésie - Robert Burns

Mon amour est une rose rouge, rouge


Mon amour est une rose rouge, rouge, 
Au printemps fraîchement éclose.
Mon amour est une mélodie, 
Jouée en douce harmonie.

Si belle es-tu ma douce amie, 
Et je t'aime tant et tant, 
Que je t'aimerai encore, ma mie, 
Quand les mers seront des déserts.

Les mers seront des déserts secs, ma mie, 
Les roches fondront au soleil, 
Et je t'aimerai toujours, ma mie, 
Tant que s'écoulera le sable de la vie.

Au revoir pour un temps m'amour, 
A te revoir dans peu de temps!
Je reviendrai, mon seul amour, 
Même de l'autre bout du monde.

Robert Burns 1759 - 1796

jeudi 1 juin 2017

Jeudi Poésie - l'avarice- La Fontaine

L’Avare qui a perdu son trésor

L’usage seulement fait la possession.
Je demande à ces gens de qui la passion
Est d’entasser toujours, mettre somme sur somme,
Quel avantage ils ont que n’ait pas un autre homme.
Diogène là-bas est aussi riche qu’eux,
Et l’avare ici-haut comme lui vit en gueux.
L’homme au trésor caché qu’Esope nous propose,
Servira d’exemple à la chose.
Ce malheureux attendait
Pour jouir de son bien une seconde vie ;
Ne possédait pas l’or, mais l’or le possédait.
Il avait dans la terre une somme enfouie,
Son cœur avec, n’ayant autre déduit
Que d’y ruminer jour et nuit,
Et rendre sa chevance à lui-même sacrée.
Qu’il allât ou qu’il vînt, qu’il bût ou qu’il mangeât,
On l’eût pris de bien court, à moins qu’il ne songeât
A l’endroit où gisait cette somme enterrée.
Il y fit tant de tours qu’un Fossoyeur le vit,
Se douta du dépôt, l’enleva sans rien dire.
Notre Avare un beau jour ne trouva que le nid.
Voilà mon homme aux pleurs ; il gémit, il soupire.
Il se tourmente, il se déchire.
Un passant lui demande à quel sujet ses cris.
C’est mon trésor que l’on m’a pris.
– Votre trésor ? où pris ? – Tout joignant cette pierre.
– Eh ! sommes-nous en temps de guerre,
Pour l’apporter si loin ? N’eussiez-vous pas mieux fait
De le laisser chez vous en votre cabinet,
Que de le changer de demeure ?
Vous auriez pu sans peine y puiser à toute heure.
– A toute heure ? bons Dieux ! ne tient-il qu’à cela ?
L’argent vient-il comme il s’en va ?
Je n’y touchais jamais. – Dites-moi donc, de grâce,
Reprit l’autre, pourquoi vous vous affligez tant,
Puisque vous ne touchiez jamais à cet argent :
Mettez une pierre à la place,
Elle vous vaudra tout autant.
Jean de La Fontaine


LC de la Cachette   clic sur photo
Billet programmé ! 

mercredi 31 mai 2017

Récré du mercredi - Messoye

Pour la récré de Jill
Messoye
Jolie fleur de soie
Je guette ta descendance
Du soleil en novembre
Chaque jour je pense à toi
Aux petits déjeuners
Messoye 
Jolie fleur de soie
Du cognassier
Promesses de mes gelées

LC de la Cachette  texte- clic sur photos


Blog en pause ce mois de mai ... 
page programmée

lundi 29 mai 2017

Croqueurs de mots- défi 187

Défi 187 de Florence par l'intermédiaire de Dômi ! 
Lorsque Lana Mesic a terminé la Penny Tower,
elle se demande quoi faire des 15 000 pièces de 2 pence.
Elle pourrait les ramener chez elle…mais avec son ami Jamahl McMurran,
ils ont une autre idée : laisser les pièces en tas, sur le bord d’un canal à Londres,
et enregistrer ce qui se produira ! Aussitôt pensé, aussitôt fait !
Pour ce défi Florence nous demande qu’elle aurait été notre réaction ?

Un trésor au bord de l'eau
Voilà qui est rigolo
Toutes ces pièces c'est un magot
Qui va s'en emparer aussitôt ?

Première idée
Me cacher
Et observer
Ce qui va se passer
Pourquoi pas photographier

En jeter une dans le canal
C'est trop banal

Mieux en faire un jeu
Petit Poucet malicieux
Prendre une poignée de piécettes
Et les semer jusqu'à une maisonnette...



Billet programmé !